Brider

Brider

Texte : Lyne
Illustration : Cortez

les chevaux, les poneys au fronton d’Espelette 

Que pensent les pottocks à la fête du même nom,

collés les uns aux autres ? La lueur de panique

que je crois percevoir quand leurs yeux par hasard

roulent dans ma direction, m’en donne un aperçu.

Mais ils ne me voient pas en dehors de la masse

de ces humains bavards dont je fais bien partie,

même si, en silence, je parcours la travée.

Mon pauvre air désolé n’est qu’un piètre signal

envers mes frères équins tenus en esclavage.

Ils ignorent pourtant ce lien de parenté

qui tient dans le partage de cette aspiration,

de cette liberté trop souvent bafouée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *