Libérée délivrée

Libérée délivrée

Texte : Gabi 
Illustration : Cortez

Chère Madame Angot, très chère Christine,

En plus de porter le même prénom que vous, je partage tout à fait votre position à propos de la souffrance des femmes. Je vous cite :

« Personnellement, j’en ai assez qu’on demande aux femmes de revendiquer la souffrance. Une souffrance toujours rapportée au travail, aux tâches ménagères, aux enfants qu’il faut faire garder, au sexe, à la séduction, à l’âge, on n’en peut plus. […] Les femmes, il y a quand même autre chose à en dire ! Revendiquer un statut de victime n’est pas une ambition. »

Mais oui ! Vous avez raison !! Et je dirai même plus, je crois que c’est dans nos têtes, qu’on a fini par nous faire croire que nous étions des victimes. La preuve, à propos de la répartition des tâches dans le couple, on parle de « charge mentale ». Si toutes ces contraintes pesaient effectivement sur nos épaules, on parlerait de « charge physique », non ?? En vérité ce qui nous pèse c’est cette obligation d’en parler, de râler, de jouer les mégères, les chiennes de garde. Il faut absolument se libérer « du système, des procédures, des formats, des schémas » qu’on tente de nous imposer. Cessons de demander de l’aide et dé-brouil-lons-nous que diable ! Courage, créativité et humour nous aideront à sortir de ce piège :

  • Un type passe sa main sur votre fesse droite ou gauche ? Dites-lui « Désolée, ça ne m’a rien fait. Essaie-voir l’autre fesse ». Débandade garantie !
  • On ne vous confie que des tâches subalternes au travail ? Eclatez de joie et accomplissez-les avec le plus de soin possible, comme si on vous avait confié un gros dossier ! Tout le monde finira par vous envier …
  • La poussière et le linge sale s’accumulent dans votre maison sans que personne ne bouge le petit doigt ? Tenez bon, pour la déco d’Halloween ce sera parfait !!
  • Lors d’un entretien d’embauche on vous fait comprendre qu’il faut coucher pour obtenir le poste ? Proposez à l’employeur d’organiser une partouze avec tous les candidats et candidates, et que le ou la meilleur(e) gagne !!

Sincèrement chère Christine, c’est une personne comme vous qui devrait être nommée au poste de Ministre délégué aux Droits des Femmes. Pour ma part ce n’est pas l’envie qui me manque mais j’ai décidé de prendre ma retraite.

Cordialement,

C. Boutin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *