Ôte-toi de mon soleil

Ôte-toi de mon soleil

Texte : Gabi
Illustration : Cortez

 

Moi, Diogène le Chien, vagabond solitaire
Je ne possède rien et mène une vie simple
N’ayant pour tout abri qu’une jarre d’argile
Mangeant dans une écuelle ce qu’on veut me donner.

J’ai appris à ne rien attendre, à ne rien espérer
Je ne m’attache à rien, encore moins à personne
Je n’honore aucun dieu, et n’ai pour seuls maîtres
Que ma nature bestiale et ma soif de liberté.

Le pouvoir, les conventions, la morale, les honneurs
Toutes ces choses que les humains estiment tant
Ne sont pour moi que de fausses monnaies
Frappées par le désir, l’orgueil, ou encore la crainte.

Mes héros ont pour nom Sisyphe ou Héraclès
Qui franchissent les obstacles, ignorent les contraintes
Prompts au travail gratuit, pour la beauté de l’effort
Se contentant de suivre leur bonhomme de chemin.

Peu m’importe qui tu es, si tu passes à ma portée
Sache que je te mordrai de cyniques paroles
Non pas pour te faire mal, seulement pour réveiller
Ta conscience restée trop longtemps endormie.

Et si tu me fais l’aumône de remplir ma besace
Ce ne sera pour moi que le fait de me rendre
Un peu de ce qui m’appartient, car à la vérité
Chaque chose qui existe doit être à tout le monde.

Toi le jeune empereur qui croit m’impressionner
Toi l’homme platonique en habits de lumière
Garde donc ta pitié, et envie mon bonheur
Ne reste pas devant moi, ôte-toi de mon soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *