Tous à poils

Tous à poils

Texte : M. Tran
Illustration : Gabi

Landru était un hipster,

Un séducteur de première,

Et celles qui le trouvaient au poil

Ont toutes fini dans un grand poêle.

Le poil peut faire jeune ou faire vieux,

Sa variété est infinie,

Du roi à la barbe fleurie

A celui à la barbe bleue.

La barbe blanche du Père Noël

M’a toujours filé sous le nez,

Comme tous ces dieux dans les étoiles

Qui existent juste pour nous barber.

Le poil, c’est Dali en duo

Avec Hercule Poirot,

Une jolie pin-up aux longs cils

Avec un homme à gros sourcils,

Les cheveux blonds de Marilyn

Pour la mettre en lumière,

La barbe drue de Jacques Mesrine

Pour se cacher derrière,

La moustache de Charlie

Qui se dandine et qui frémit.

A la mort de tous les poilus,

Seul l’épiderme a survécu,

Le poil n’est jamais anodin,

Qu’il soit aux pattes ou dans la main,

De la femme à barbe au calvaire

Des femmes rasées pendant la guerre.

Il est à tout individu,

On dit à poil quand on est nu,

Le fantasme est dans son histoire

Et la moustache son étendard,

Sauf une, que l’on ne voit plus guère,

C’est celle à la Adolf Hitler.

M. Tran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *