Une amie pour la vie

Une amie pour la vie

Texte : Lyne
Illustration : Les taquineuses de l’Ard

La pire des contraintes est la mort.
J’emprunte tel ou tel chemin.
Je me crois libre.
Et soudain elle surgit.
Entre chaque épisode macabre, je l’oublie, parfois.
Alors elle me frôle,
d’une furtive caresse, me rappelle sa présence.
Cours, me crie-t-elle, poursuis ta route,
je ne viens pas encore pour toi,
vis,
ne crains rien, je serai à l’heure.

La meilleure des contraintes est la mort,
pour me pousser au cul,
me rappeler l’amour, la joie,
les rires, l’amitié, le bruissement des arbres.
Elle me prête son balai grinçant,
pour le grand ménage :
Ouste, mesquineries, susceptibilités, vanités.
Et voilà,
je me sens tout de suite plus légère.
Merci la mort,
et… prends ton temps, la prochaine fois.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *